J’expliquais dans un précédent article, comment se connecter en powershell au Prism Central pour lancer des commandes comme sur des vCenters en linked-mode.

Il s’avère que c’est une mauvaise idée, bon nombre de cmdlet ne s’exécutent plus avec les messages d’erreurs :

Request is not supported by this cluster.
Le serveur distant a retourné une erreur: (500) Erreur interne du serveur.
 WebException
+ FullyQualifiedErrorId : {« message »: »Request is not supported by this cluster. »}

ntnxerror

Connectez-vous directement sur chacun de vos clusters, cela évitera une bonne perte de temps. emo

Si vous débutez complément, voici les commandes à faire pour se connecter avec un minimum de pré-requis à savoir Powershell et les cmdlet nutanix.

Ce dernier est disponible directement depuis la console Prism dans admin > download Cmdlets Installer.

cmdlet


#chargement des cmdlets
asnp nutanix*

#Connexion sur un noeud du cluster
Connect-NTNXCluster 10.0.0.1 -AcceptInvalideSSLCerts

 

 

Pour cet article, je partirai du principe que vous avez les bases pour monter une infra nutanix et xendesktop, le point ici concerne spécifiquement la réplication asynchrone de VDI Xendesktop provisionné par MCS pour des machines persistantes évidemment.

La réplication en mode synchrone ne posera aucun problème, car elle fonctionne au niveau du datastore et ne sera donc pas traitée dans l’article.

Oui, il est possible d’avoir une réplication asynchrone de VM VDI généré par Machine Creation Service de Xendesktop entre deux clusters Nutanix sur du VMware ,et je vais vous expliquer comment !

Voici les bases de notre archi, 2 datacenters ayant chacun leur vCenter (5.5), un cluster de 3 nœuds Nutanix (4.5.2) et un broker Xendesktop (7.7).

Avec MCS, un basedisk est créé dans un répertoire portant le nom du catalogue Xendesktop, ce sont ces fichiers en plus de la VDI qu’il faut répliquer.

La documentation nutanix « Prism Web Console Guide » traite de ce point mais de façon incomplète :

nuta-xen-doc

En effet, il est clairement indiqué que les « linked clones » et leurs disques de bases doivent être hébergés dans le même groupe de consistance et le même domaine de protection.

nuta-linked

Il faut donc absolument spécifier le même groupe de consistance que celui de la VM à basculer.

/!\ attention, je simplifie volontairement ici avec une seule machine en partant du principe que vous avez conservez les options par défaut pendant la configuration du domaine de protection.

nuta-update-pd

Avec la commande ci-dessous on liste les groupes de protections, les noms des groupes de consistance ainsi que les fichiers ajoutés manuellement à la synchronisation:

ncli> pd ls

 

Puis on complète la ligne de commande dans la documentation :

ncli> protection-domain protect \ files=/container1/view-gold-image/replica-ABC.vmdk name=vmware1-pd  cg-name=vmware1-cg

 

En rapport avec les captures d’écrans cela donne:

ncli> protection-domain protect files=/nom_du_container/chemin_vers_basedisk/date_du_snapshot_xendesktop.vmdk name=test_VM cg-name=test_VM
ncli> protection-domain protect files=/nom_du_container/chemin_vers_basedisk/date_du_snapshot_xendesktop-flat.vmdk name=test_VM cg-name=test_VM

 

L’argument « cg-name » vous évite à la réplication le message d’erreur suivant : « Snapshot of Protection Domain PD_name failed as some files in consistence group CG_name are common with another consistence group » :

nuta_alert

Une fois la réplication opérationnelle avec toutes les dépendances, deuxième problématique, le  « parentFileNameHint » ce point mérite d’être mis en avant, car il est très simple à éviter.

Après un migrate Nutanix, notre VM était bien basculée sur le site distant mais impossible de la démarrer.

« An unexpected error was received from the ESX host while powering on VM VM_name.
Reason: Reason
Cannot open the disk disk_name or one of the snapshot disks it depends on. »

nuta_poweron

Comme pour un « linked clone », la machine ne trouvait pas le chemin vers son disque de base, cette valeur étant renseignée dans le paramètre « parentFileNameHint » du vmdk de la machine.

Ce chemin n’était pas correct, car dans notre cas l’ID du volume VMFS était celui du site source. Oui, vous avez bien lu, l’ID et non l’UUID, car les montages NFS n’en ont pas et sont simplement hashés. J’ai obtenu cette information sur ce site : NFS datastore does not have a UUID.

Il faut donc impérativement avoir les mêmes noms de conteneurs nutanix, étrangement ce conseil entre en parfaite opposition avec l’un des points de la documentation pour une config mono vCenter :

nuta_vc

Une fois les « remotes sites » nutanix reconfigurés plus de problèmes, les machines s’éteignent, se réenregistrent sur le vCenter du site distant et sont fonctionnelles.

Je viendrai enrichir ce billet dès que possible, en attendant n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire si vous avez des difficultés avec cette configuration.